Dans cette maison, nous faisons des câlins, nous disons « je suis désolé » et nous donnons des secondes chances

Il est important que tous les membres de la famille se sentent à l'aise et en confiance à la maison, avec la liberté suffisante pour exprimer leurs sentiments et leurs émotions, sans peur d'être jugés.

Une maison est un espace dans lequel peuvent habiter beaucoup de personnalités différentes.

Certaines sont plus enclines à développer des liens heureux et significatifs, basés sur le respect, la réciprocité et l’intelligence émotionnelle.
Pour mieux comprendre les enjeux d’un tel endroit pour l’équilibre de chacun, nous pouvons nous référer aux journaux intimes de Virginia Woolf, qui décrit une maison comme une forteresse.

Une fois que ses portes et ses fenêtres sont fermées, personne ne sait ce qu’il se passe en son sein.

Cette image mélange à la fois des sentiments de tranquillité et d’inquiétude.

Même si nous connaissons tous des cas dans lesquels les différentes personnalités réunies sous un même toit participent au malheur général de ses habitants, il est important de promouvoir dans nos maisons un type de cohabitation plus sain et plus intuitif, où l’amour est le premier des protagonistes.

Dans cette maison, on se respecte et on prend soin les uns des autres



Un foyer peut être formé par différents types de liens : celui du couple, celui des enfants, celui des frères et sœurs, et parfois celui des générations les plus âgées, les grands-parents.

Il n’est pas forcément facile d’harmoniser toutes ces dynamiques, tous ces intérêts et tous ces besoins personnels, qui peuvent parfois entrainer des luttes de pouvoir.

Mais le pouvoir dans une maison doit être dirigé pour protéger, pour éduquer et pour consolider le lien familial. C’est la chose la plus importante.

La manière dont nous gérons notre foyer va influer sur le fait que la maison va émettre une atmosphère de bien-être et de bonheur ou, au contraire, une ambiance délétère dans laquelle aucun des membres ne peut s’épanouir individuellement.



Ici, on accepte toutes les opinions



C’est quelque chose de très compliqué au sein de la famille : l’acceptation et le respect de toutes les opinions, pensées et décisions.

• A partir du moment où quelqu’un souhaite faire passer ses valeurs au-dessus de celles de tous les autres et qu’il refuse la possibilité aux autres d’échapper à ce moule qu’il leur impose, les problèmes apparaissent.
• Une maison respectueuse est une maison dans laquelle la réciprocité est la règle. Aucune opinion ne doit être négligée et tout le monde doit avoir le droit de s’exprimer.

Il n’est pas nécessaire que tous les membres de la famille soient d’accord, mais ils doivent s’écouter dans le respect et la confiance mutuelle.
Dans cette maison, tout le monde compte

Dans une famille, il ne doit pas y avoir de différences de traitement. Nous devons tous compter de la même manière, qui que nous soyons, quoi que nous pensions.

Nous ne devons pas faire de différences à l’heure d’éduquer nos enfants et nous devons éviter de tomber, notamment, dans les stéréotypes de genre.

• Une des erreurs les plus classiques est de faire des distinctions exagérées en fonction de l’âge. L’aîné doit assumer une grande part de responsabilité, alors que le petit dernier a presque tous les droits. Ce n’est pas une situation saine.
• Nous devons éduquer nos enfants sous le signe de l’égalité, mais surtout faire avec les besoins particuliers de chacun.



Dans notre maison, tout le monde peut dire ce qu’il ressent



Dans une maison heureuse, la liberté d’expression est la base, mais tous les membres de la famille doivent également être respectés.

Nous devons promouvoir un détachement émotionnel et une bonne assertivité chez tous ceux qui vivent sous notre toit, de telle manière que tout le monde puisse s’exprimer sans avoir peur et sans blesser les autres.

• Dans certaines familles, il n’existe aucun moment propice à la prise de parole.
• Parfois, nous ne parlons pas les uns avec les autres, non pas par manque de temps, mais parce que nous nous sentons constamment jugés par les autres dès que nous nous exprimons ou que nous avons des comportements qui nous sont propres.
• Ces barreaux invisibles sont ceux qui poussent nos enfants, lorsqu’ils arrivent à la période de l’adolescence, à s’enfermer dans leur chambre plutôt qu’à partager du temps avec nous.

Peu à peu, et sans nous en rendre compte, leur canal de communication préférentiel va devenir leur ordinateur ou leur téléphone portable. La famille n’est alors plus perçue comme une alliée mais comme un véritable ennemi.

• Dans une maison respectueuse, chacun des membres doit se sentir suffisamment à l’aise pour parler de ses émotions.

S’il est certain que nous vous parlons régulièrement de l’importance des câlins et des autres démonstrations de tendresse, nous savons tous que ces gestes ne plaisent pas toujours à nos enfants, notamment lorsqu’ils grandissent.

• Ne soyez pas trop inquiet si vos enfants sont moins tendres qu’ils ont pu l’être avec vous dans le passé.
• Le plus important est qu’ils fassent montre d’une certaine proximité émotionnelle en vous exprimant leurs préoccupations et leurs pensées.



La meilleure maison n’est pas celle dans laquelle il y a le plus d’argent, ni celle qui dispose des plus grandes chambres ou des plus beaux jardins.

Le foyer le plus épanoui est celui dans lequel le bonheur résonne et où tous ses membres se sentent respectés, qu’il s’agisse d’une cabane dans les bois, d’une caravane ou d’un petit appartement d’une dizaine de mètres carrés.